Dimanche 30 juin, 2ème opération «Porteurs de Paroles» pour notre groupe Gilets Jaunes, pendant le marché de Vandoeuvre.

Un mois et demi après la première édition, c’est sous un soleil brûlant que notre groupe réitère un "Porteurs de Paroles", exactement au même endroit que le précédent.

Cette fois-ci, nous avons voulu faire s’exprimer les habitants sur ce que signifie «Bien vivre». En effet on a souvent entendu les Gilets Jaunes revendiquer plus de pouvoir d’achat. Mais nous nous sommes interrogés: l’enjeux est-il d’avoir plus de pouvoir d’achat ou de bien vivre ? Et s’il s’agit de bien vivre, qu’est-ce que cela signifie et qu’est-ce que cela implique ?

Sur le même mode que précédemment, nous avons affiché en grand «Pour moi, bien vivre, c’est…» et sommes allés à la rencontre des passants. Ceux-ci ont été de plus en plus nombreux à se laisser interpeller par ces mots ou par les phrases affichés, et à partager leur réflexion. Nous avons plus volontiers affiché nos gilets jaunes, car certains se demandaient qui nous étions. Encore une belle moisson de contributions !



Une véritable démocratie implique que chacun se sente légitime à se saisir des questions politiques. Elle nécessite également des espaces de discussions et de prise de décision collective. Notre opération se veut une première étape dans cette direction.



La Parole des Citoyens


A bientôt pour une nouvelle question ?

Revoir l'action 1 des Porteurs de Paroles le 12 mai "Citoyens, si vous aviez le pouvoir... que feriez-vous ?"


Opération annexe : Glanage en fin de marché

Afin de réfléchir à une idée d'action qui s'inspirerait de celle de l'association "la tente des glaneurs" qui récupère les invendus de fins de marché pour les proposer aux personnes à faibles revenus, vers 12h30 Angélique est allée faire le tour du marché pour se faire une idée sur les quantités de fruits et légumes invendus, ceux mis de côté car trop abîmés et échanger avec les marchands sur le devenir de ces produits.

Selon, les marchands les légumes et fruits invendus sont :

  • repris par leurs fournisseurs ou par les employés pour les produits qui ne peuvent pas être revendus,
  • ramenés au magasin pour les marchands maraîchers et donnés à des clients ("il n'y a pas de perte chez nous"),
  • jetés pour les produits abîmés ou trop mûrs.

C'est comme ça que notre amie à la fibre "vert-jaune" a pu récupérer, auprès d'une maraîchère, une dizaine de barquette de framboises prêtes à partir à la poubelle (3 kg au total). Angélique aurait également pu récupérer des abricots abîmés chez un autre marchand mais comme elle était à vélo ce ne fut hélas pas possible.



En conclusion, certains marchands sont tout à fait enclins à donner les produits qui vont de toute manière être jetés. La problématique réside dans le fait de ne pas les déranger alors qu'ils finissent de vendre ou commencent à ranger.

Bravo Angélique ! Bonne initiative, encore un gâchis de moins.